Kinésithérapie Marc Benazet & Benjamin Dufour


Qu’est-ce que la Kinésithérapie ?

Du grec « kiné »  à le mouvement, la « kinésithérapie » désigne la thérapie du mouvement.

Il s’agit d’une thérapie de la posture et du mouvement qui aide le patient à retrouver les mouvements naturels et fonctionnels du corps. En ce sens la kinésithérapie est autant curative que préventive en réduisant les risques de récidive, d’apparition ou d’aggravation des troubles.

A qui s’adresse la kinésithérapie ?

La kinésithérapie s’intéresse particulièrement aux troubles articulaires (entorses, tendinites, arthrites, arthroses, scolioses …) et aux tensions musculaires. Ces dernières commencent à se développer sans douleur par le maintien prolongé et répété de postures inadaptées. Une telle tension crée un manque de souplesse qui peut perturber la réalisation de mouvements. Lorsque la douleur apparait, le corps est déjà habitué à cette « mauvaise » organisation, et le retour à l’équilibre corporel implique une rééducation du schéma postural.

Elle traite tout déséquilibre d’ordre musculaire ou articulaire. Cela peut s’exprimer par un manque de force, de souplesse, ou toute douleur chronique du système musculo-squelettique liée à des troubles articulaires (suite à un traumatisme par exemple). Plus particulièrement, la kinésithérapie opère dans le traitement des tensions musculaires.

Pourquoi traiter les tensions musculaire le plus tôt possible?

Une tension musculaire commence à se développer sans douleur par le maintien prolongé et répété de postures inadaptées. Cette tension crée un raccourcissement du muscle qui peut perturber la réalisation des mouvements. Lorsque la douleur apparait, le corps est déjà habitué à cette « mauvaise » organisation, et le retour à l’équilibre corporel implique une rééducation du schéma postural. Une tension musculaire peut être à l’origine de nombreuses douleurs chroniques. Il est important de la traiter dès l’observation d’un déséquilibre, avant que celui-ci n’engendre d’autres troubles de plus grande envergure.

Quels seraient les troubles articulaires concernés ?

Ils peuvent être liés à un accident, à des habitudes de vie non adaptés, ou d’ordre pathologique. Nous intervenons pour des troubles localisés déjà en place tels que des entorses, des tendinites, des bursites, de l’arthrose, de l’arthrite, etc… Mais aussi sur de « simples raideurs » ou manque de souplesse, et des pertes de force dans l’optique de prévenir d’éventuelles complications. Il ne faut pas oublier qu’un trouble articulaire (du plus bénin tel qu’un manque de souplesse, au plus traumatisant) peut engendrer des tensions musculaires et/ou des douleurs chroniques, et inversement. Un déséquilibre en crée bien souvent d’autres, et la douleur n’apparait pas toujours à la source du problème. L’approche du kinésithérapeute considère donc l’anatomie comme un ensemble, et son objectif est de déterminer l’origine du déséquilibre.

Les différents muscles agissent de manière synergique en chaines musculaires. L'individualisation des muscles est principalement conçue pour "simplifier" l'apprentissage des connaissances anatomiques. Tout fonctionne comme un ensemble dans le corps humain, d'où l'importance d'une approche globale.

Exemple : un patient ayant eu des antécédents d’entorse à la cheville consulte pour des douleurs à la hanche alors que celle-ci n’avait jamais été problématique. Après avoir pris un certain nombre d’éléments en considération, le kinésithérapeute peut faire l’hypothèse que le traumatisme survenu à la cheville ait entrainé un déséquilibre dans lequel la hanche a compensé le déficit de la cheville.

On pourrait faire un parallèle avec le déclenchement d’une chute de dominos successive où la poussée du doigt pour faire tomber le premier domino s’apparente au traumatisme, et la chute des dominos suivants illustrerait les déséquilibres et les compensations qui se propagent vers d’autres articulations du corps.

Ainsi dans l’exemple ci-dessus, il est à remarquer l’importance de traiter le patient avant que la compensation exprimée par une hanche douloureuse ne progresse davantage, dans le bas du dos par exemple…

Les techniques du kinésithérapeute et le déroulement d'une séance ?

En allant consulter votre kinésithérapeute, prévoyez des sous-vêtements relativement peu enveloppant de façon à faciliter l’observation posturale et l’abord palpatoire de l’ensemble du corps.

Anamnèse et observations

Au cours d’un interrogatoire, le kinésithérapeute cherche les éléments qui pourraient avoir une influence sur la problématique du patient avant d’observer la posture de ce dernier, de tester les mobilités articulaires ainsi que la palpation (cutanée, musculaire, articulaire, osseuse).

Après l’anamnèse, il est demandé au patient d’ôter ses vêtements cachant les régions du corps à observer. Lors de l’observation posturale, le thérapeute cherche d’éventuels déséquilibres, limitations articulaires ou tensions musculaires. La plupart du temps le patient est placé debout dans sa position naturelle, puis des ajustements de posture peuvent être demandés.

Thérapie manuelle

Ensuite le patient est placé sur la table de massage. Le thérapeute poursuit son observation (visuelle, palpatoire et mobilisatrice) avant de procéder au traitement. Au cours de ce dernier, le kinésithérapeute utilise différentes techniques de massage, de mobilisations articulaires, d’étirements et de levées de tension (technique d’étirement spécifique pour enlever une tension musculaire). Au cours de ces divers manœuvres, la participation active du patient est régulièrement demandée.

Prescription d’exercices

Dans une optique d’autonomie du patient, et pour pérenniser les bénéfices du traitement à long terme, le kinésithérapeute lui propose différents exercices de renforcement, d’étirement, de proprioception (sensibilité profonde) et/ou de coordination. Ces exercices peuvent être réalisés pendant les séances pour en assurer la bonne exécution avant de les prescrire au patient, ainsi il pourra les intégrer sans risque à son quotidien. À l’issue du traitement, une nouvelle observation posturale est réalisée pour noter d’éventuels changements.

    Autour de la séance

Le kinésithérapeute est avant tout un kinésiologue, surnommé le « spécialiste des saines habitudes de vie ». Alors, en plus de ses conseils sur les situations du quotidien, les postures à adopter dans certains contextes ou l’importance de prendre des pauses régulières au travail, n’hésitez pas à le questionner…  Il peut aussi être amené à vous demander vos habitudes alimentaires et de sommeil…

La thérapie manuelle telle que le massage est un outil permettant le travail de certains tissus (la peau, les fascias, les muscles…), il suscite l’éveil et la détente musculaire, mais il n’est pas systématiquement utilisé. Si le kinésithérapeute ne juge pas l’emploi du massage nécessaire, il utilisera d’autres méthodes de travail telles que les étirements, les exercices d’équilibre, le travail contre résistance…  Il ne faut donc pas s’attendre à s’allonger et « se reposer » sur la table à chaque séance… Le kinésithérapeute utilise l’outil adéquat au besoin du moment, de la même manière qu’un technicien possède et utilise plusieurs outils dans sa boite. Utiliseriez-vous un tournevis pour planter un clou ?

Une séance de kinésithérapie requiert généralement un certain effort au patient, et il peut arriver que ce dernier ressente des courbatures les jours suivants la séance. Un traitement complet de kinésithérapie nécessite généralement de deux à cinq séances. En revanche, le kinésithérapeute peut ensuite juger pertinent d’étendre le traitement à d’autres régions, dans l’optique de prévenir de nouvelles problématiques et de viser l’équilibre corporel. S’il s’avère que la problématique n’est pas du ressort de la kinésithérapie, votre kinésithérapeute vous référera à un autre professionnel de la santé.

Il  est à noter que la kinésithérapie vise à l’autonomie du patient. Sa participation sera régulièrement demandée durant les traitements, et au besoin, des exercices lui seront prescris à faire régulièrement. En consultant votre kinésithérapeute, soyez prêt à vous impliquer activement dans votre thérapie.

Thérapeutes

marc benazet kinésithérpeute Benjamin dufour kinésithérapeute
Marc Benazet - Kinésithérapeute Benjamin Dufour - Kinésithérapeute
 



Le centre darts martiaux Larry Foisy est un centre multidisciplinaire ddi lenseignement des arts martiaux (Karat Shorinjiryu, Karat Kyokushinkai, Akido Akikai, Kung fu Wushu, autodfense,)

Copyright 2006-2014 cole de karat Larry Foisy Enr.